Imprimer

L'ouette d'Egypte

on 5 mai 2021.

ouette.d.egypte.mica.1gLa crise sanitaire actuelle nous empêche de partir en vacances à l’étranger… Nous avons donc décidé de vous emmener en voyage d’une autre façon… en vous présentant une espèce exotique : l’ouette d’Egypte.

Présent depuis un certain temps chez nous, cet oiseau d’eau malheureusement devenu invasif provient d’Afrique du Nord, comme son nom l’indique. L’ouette d’Egypte a été introduite en Angleterre, aux Pays-Bas et en Allemagne dès la fin du 17e siècle, à des fins ornementales. Au départ de quelques individus échappés des parcs, son expansion dans la nature s’est montrée significative dès le 19e siècle. Depuis, c’est une espèce que nous pouvons observer régulièrement en Belgique, où elle niche désormais depuis les années 80.

Le saviez-vous ?
L’ouette d’Egypte n’est pas une oie ! Elle appartient au genre Tadorna qui fait partie de la famille des Anatidae. Les tadornes sont des canards de grandes tailles ayant un aspect semblable à celui des oies.

L’ouette d’Egypte mesure environ 73 cm, pour une envergure variant de 134 à 154 cm. Elle pèse 1,5 à 2,25 kg. Elle peut vivre jusque 25 ans !

ouette 1Vous pouvez la reconnaitre grâce à son plumage brunâtre :
sa tête est claire, avec des plumes plus foncées formant un anneau caractéristique autour de ses yeux orange. Elle a un collier foncé autour du cou. Son dos présente des teintes grises, son ventre est plutôt blanchâtre avec une tache de couleur marron. Au niveau des ailes, ses plumes sont blanches, rousses et verdâtres, couleurs que l’on voit davantage lorsque les ailes sont déployées. Son bec et ses pattes sont roses.

Il n’existe pas de dimorphisme sexuel, mais les individus peuvent présenter des plumages variés. Les juvéniles possèdent un plumage plus terne que celui des adultes, et n’ont pas encore le collier et la calotte contrastés.
L’ouette d’Egypte s’observe au bord des plans d’eau, souvent même dans des lieux publics, le long des rivières ou encore dans les champs.
C’est un oiseau herbivore (herbes, feuilles, graines, céréales, etc.), mais l’ouette peut aussi manger occasionnellement des insectes ou des grenouilles, qu’elle trouve dans les prairies. Les ouettes d’Egypte se nourrissent souvent en couple ou en groupe familial, parfois même en très grands groupes.

La reproduction se fait en mars-avril, mais il arrive que celle-ci varie dans l’année. L’oiseau atteint sa maturité sexuelle vers l’âge d’1 à 2 ans. Le nid est constitué de brindilles et de feuilles, et est ensuite garni de duvet. Il est construit à proximité de l’eau, parfois même dans des arbres. La femelle pond 8 à 9 œufs en moyenne, et l’incubation dure 28 à 30 jours. Si le nid est construit en hauteur, les parents transportent alors les petits dans leur bec jusque dans l’eau ou encore, ils les appellent au pied de l’arbre. Le mâle et la femelle élèvent ensemble les jeunes qui prendront leur envol après une septantaine de jours.

Une espèce invasive…
Cette espèce exotique originaire d’Afrique du Nord s’est bien adaptée aux conditions climatiques européennes, au point que sa population augmente aux dépens de nos oiseaux d’eau indigènes… Comme la bernache du Canada, l’ouette d’Egypte est en effet en grande compétition avec le canard colvert, la foulque macroule, la gallinule poule d’eau, … que ce soit pour la nourriture, l’habitat ou les sites de reproduction. L’ouette est réputée pour être agressive et n’hésite pas à chasser ces espèces.

Et ce n’est pas tout… Sa présence a également des conséquences négatives au point de vue sanitaire, environnemental, social ou économique. En effet, comme la bernache du canada, elle dégrade les berges, peut apporter des maladies, se montre parfois agressive envers les humains, ses déjections provoquent un risque sanitaire dans les lieux publics, … L’ouette d’Egypte et la bernache du Canada font partie du top 100 des espèces présentant le plus haut niveau de préoccupation (sanitaire, économique, environnemental, social) en Europe. Face à ces conséquences négatives, des mesures de régularisation existent, afin de diminuer les populations qui sont en trop grand nombre.

Bien que l’ouette d’Egypte soit une espèce invasive chez nous, elle reste agréable à observer dans nos régions. À condition qu’elle respecte l’environnement et ses congénères…

Sources :
• Ouette d’Égypte - Alopochen aegyptiaca (oiseaux.net)
• FS 296 BD complet.pdf (oncfs.gouv.fr)
• Ouette d’Égypte - Wikipédia (wikipedia.org)
• Ouette_Egypte_FR.pdf (mnhn.lu)
• Ouette_Egypte_FR.pdf (mnhn.lu)
• Ouette d’Égypte (Alopochen aegyptiacus) | Oiseaux | Vertébrés | La biodiversité en Wallonie

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur.