Imprimer

Le bassin de la Vesdre : aspects anthropiques

Démographie

Dans le bassin de la Vesdre, la population est d’environ 210.500 habitants, avec une densité de 301 habitants/km2. Sa répartition est très hétérogène, avec une densité de population variant de moins de 10 (Parc Naturel des Hautes-Fagnes - Eifel) à 1.222 habitants/km2 (Ville de Verviers).


 

Tourisme, sport et loisirs

Le tourisme et les loisirs en milieu aquatique peuvent engendrer des pressions importantes. La nature et l’intensité de ces pressions dépendent toutefois du type d’activité, du nombre d’adeptes et du comportement individuel ou collectif de ceux-ci.


 

Les hébergements touristiques

Dans le bassin de la Vesdre, le tourisme constitue une activité économique peu importante. Cependant, les infrastructures touristiques sont nettement plus nombreuses dans le sud du bassin, en raison de l’attrait exercé par l’environnement naturel de cette région, composée des Hautes-Fagnes et de paysages ardennais. Ce sont les campings qui sont responsables de la part la plus importante de la pollution générée par le secteur du tourisme dans le bassin de la Vesdre. Cela étant, il est l’un des moins concernés par la pression touristique en Wallonie.


 

La pêche

La pêche se pratique sur la Vesdre, la Hoëgne et le Wayai, ainsi que sur plusieurs étangs et lacs (lac de Warfaaz, etc.). Selon les périodes de l’année, on peut y taquiner notamment la truite, l’ombre, la perche, le goujon, le vairon, …

Un plan de gestion piscicole pour le bassin de la Vesdre, résultant de la concertation des différents acteurs du monde de la pêche (sociétés de pêche, pêcheurs particuliers, riverains, gestionnaires des cours d’eau, etc.), devrait voir le jour prochainement. Il aurait notamment pour objectif de préserver les milieux aquatiques ainsi que leurs principaux habitants : les poissons, de protéger les processus écologiques naturels (cycle de vie des poissons, reproduction, etc.) et de veiller au maintien de la diversité génétique naturelle des espèces.


 

La baignade

Le bassin de la Vesdre compte une seule zone de baignade : celle de Royompré, reconnue par l’AGW du 24/07/2003 et l’AGW du 14/03/2008. Elle se trouve sur la Hoëgne (rive gauche) à Jalhay, à hauteur du gué du village de Royompré. Dans sa zone amont, certaines mesures de protection sont imposées, comme la clôture des parcelles agricoles, l’interdiction de l’accès du bétail au cours d’eau et l’installation de systèmes d’épuration individuelle équipés d’un système de désinfection agréé.


 

Les embarcations

Tous les cours d’eau du bassin de la Vesdre sont visés par l’interdiction de faire circuler toute embarcation, d’en mettre à l’eau ou de circuler comme plongeur (l’AGW du 19 juillet 2001).


 

Industrie

L’industrie est très présente dans le bassin de la Vesdre (zonings d’Eupen, Stembert, Chaineux, Les Plénesses, Lambermont, Herve-Battice, Welkenraedt et Trooz) mais aussi le long de ses cours d’eau (Spa, Eupen, Pepinster, Trooz, Chaudfontaine). Certaines industries prélèvent les eaux utiles à leur fonctionnement dans les eaux de surface (métallurgie : 60% des prélèvements, agroalimentaire : 20%). On y dénombre 11.354 entreprises ou établissements, et le secteur tertiaire y est très développé (69 % des entreprises).

Les industries responsables des rejets en DCO, azote, phosphore et matières en suspension appartiennent essentiellement aux secteurs de l’agroalimentaire et du textile, et dans une moindre mesure aux secteurs du papier et carton et de la métallurgie. L’industrie textile, longtemps florissante dans la région de Verviers, a fortement décliné à partir de 1934 (crise économique). L’industrie métallurgique est plutôt localisée en aval de Verviers (Pepinster, Chaudfontaine, Chênée). Parmi les nombreuses entreprises en activité, 122 sont redevables de la taxe sur le déversement des eaux usées industrielles. En 2001, on dénombrait 10 entreprises IPPC (Integrated Pollution Prevention and Control - Directive Européenne 96/61/EC). Elles représentent 33% de la charge polluante émise.


 

Agriculture

L’est et le sud-est du bassin de la Vesdre sont en grande partie couverts par les forêts (Plateau des Hautes-Fagnes). Le territoire situé au nord et sur la moitié ouest du bassin est davantage voué aux activités agricoles. Le bassin de la Vesdre s’étend essentiellement sur la région agricole « herbagère ». Les prés et prairies couvrent 89,3% de la surface agricole, témoignant de la vocation des exploitations résolument tournées vers l’élevage (vaches laitières et production viandeuse), avec des cultures appropriées (maïs laiteux principalement). Le nombre d’exploitations agricoles est de 747 (pour environ 20.000 en Wallonie). Elles couvrent une superficie agricole utile (S.A.U.) de 17.798 ha, soit 25,4% de l’occupation du sol à l’échelle du bassin. Les prairies permanentes, principale spéculation agricole du  bassin, représentent 90,7% de la S.A.U. Elles sont suivies par les cultures fourragères, qui représentent quant à elles 7,4% de la S.A.U.

Certains problèmes environnementaux sont imputables à ce secteur, notamment : les coulées boueuses lors des gros orages dues au labour dans le sens de la pente, l’affaissement de conduits dû au passage des engins agricoles, la réduction des milieux humides, le remblaiement de zones considérées comme improductives (prairies humides, chantoirs), l’augmentation du taux de nitrates dans les eaux souterraines, la réduction des haies, l’érosion excessive des berges des ruisseaux et la pollution des eaux de surface liées à l’accès du bétail aux cours d’eau. L’agriculture présente une différence fondamentale par rapport aux autres secteurs : la pollution agricole vers les nappes et les cours d’eau est une pollution diffuse, car elle ne se concentre pas en un point mais s’effectue sur l’ensemble du territoire par l’épandage d’engrais, pesticides, fumiers, lisiers. Une partie de ceux-ci se retrouve dans les nappes et les cours d’eau. Il est difficile d’estimer cette fraction et donc d’évaluer la pollution agricole. Il ne faut cependant pas perdre de vue que les pesticides sont également appliqués par d’autres utilisateurs (réseau ferroviaire, parcs et jardins communaux, particuliers, etc.).

Inscription à la newsletter

Avec le soutien de

Wallonie 2014 pt ProvincedeLiege
Et des Villes et Communes de Baelen, Chaudfontaine, Eupen, Herve, Jalhay, Liège, Limbourg, Lontzen, Olne, Pepinster, Raeren, Soumagne, Spa, Sprimont, Theux, Trooz, Verviers et Welkenraedt.